Ils ont exigé la distribution immédiate des logements sociaux
Les habitants de Sidi Ben Yebka «cadenassent» le siège de l’APC
Les habitants de commune de Sidi Ben Yebka, ont cadenassé, hier, le siège de la commune pour dénoncer, d’une part, le flou qui persiste autour de la liste initiale des bénéficiaires de logements sociaux, et d’autre part, le blocage qui règne depuis plus d’une année au niveau de cette collectivité locale relevant de la tutelle administrative de la daïra d’Arzew ébranlée par des luttes intestines infinies. En effet, les protestataires s’insurgent contre le retard enregistré dans la distribution de logements sociaux, dont un certain nombre est achevé et réceptionné. Les mêmes protestataires dénoncent, également, la lenteur de certains chantiers immobiliers locaux et l’abandon d’autres, reléguant ainsi aux calendes grecques les aspirations légitimes des postulants de la commune aux logements sociaux dénombrés par milliers. Les protestataires se disent mobilisés dans leur mouvement de protestation, en fermant le siège de la commune, jusqu’à la satisfaction de leur revendication essentielle, à savoir la venue du wali d’Oran Mouloud Cherifi, à Sidi Ben Yebka. «Nous ne négocierons avec personne. Nous réclamons la venue du wali pour des pourparlers avec lui et lui seul», ont notamment déclaré nos sources. Il est à signaler dans cet ordre d’idées, que la commune de Sidi Ben Yebka, détient un quota de 320 logements sociaux locatifs, 280 prêts pour la distribution effective, alors que 40 d’entres eux sont en veilleuse. Les protestataires réclament dans ce volet, la concrétisation des promesses tenues par les pouvoirs publics, consistant en la reconversion des 288 logements location-vente relevant de la CNEP/IMMO, ainsi que les 800 logements RHP finis au stade du VRD, en de logements sociaux locatifs, et ce, afin d’atténuer la crise du logement à laquelle est confrontés la commune. Dans un autre contexte, les protestataires réclament, également, la concrétisation du projet des 50 logements ruraux programmés depuis 2011, qui n’a pas encore vu le jour pour cause de non-affectation d’assiettes foncière en dépit de l’octroi des affectations à leurs bénéficiaires depuis 8 années. Parmi ces cas, il y a lieu de signaler le projet immobilier des 120 logements sociaux locatifs dont l’état est squelettique depuis l’année 2000 et dégradés par le temps devenus ruines et lieux de prédilection des délinquants. Au moment où nous mettons sous presse, la situation est toujours électrique et les administrés n’ont pu accéder au siège de la commune de Sidi Ben Yebka pour leurs affaires courantes. Affaire à suivre.
Aribi Mokhtar

 

tarif