Alors que le blocage de l’APC de Sidi Ben Yebka dure depuis 14 mois
La majorité des élus réclament une assemblée extraordinaire
Dans le but de relancer les activités de leur conseil exécutif,
les deux tiers (2/3), formant la majorité des membres de
l’Assemblée populaire communal (APC) de la commune de Sidi Ben Yebka en situation d’obstruction depuis le 11 Juillet 2018, à cause de luttes intestines, ont exigé à travers une requêtes signée par 09 élus sur 13 constituant l’APC indiquée, au maire par intérim , Amair Nouba, de programmer une assemblée extraordinaire de l’APC. La date de la réunion a été fixée pour demain
(mardi 17 Septembre) au niveau de la salle des délibérations de la commune, et ce conformément, à l’article 17 du Code communal, stipulant que l’APC peut se réunir en session extraordinaire chaque fois que les affaires de la commune le commandent à la demande de son président, des 2/3 de ses membres ou du wali, précise-t-on.
Les élus locaux signataires de la pétition datée d’avant-hier font allusion au retard flagrant accusés dans la programmation d’une assemblée des membres élus pour la bonne marche des affaires courantes des administrés qui exigent plus de volonté et de rigueur de la part des élus qui stagnent depuis Juillet 2018. Il convient de noter, que les deux tiers (2/3) de l’APC de cette collectivité locale ayant signé la pétition 03 sont d’obédience FLN, 04 RND et 02 FM (Front el Moustakbel), représentent actuellement la majorité des membres. La loi leur permet de réclamer une assemblée pour débattre des questions d’utilité publique, à l’image du dossier explosif du logement. Il y a lieu de souligner, par ailleurs, que les élus locaux sont pointés du doigt par leurs électeurs, qui les accusent de leur tourner le dos. Les élus de leur côté, ne demandent qu’à travailler pourvu que la situation de blocage soit résolue définitivement. Rendez-vous donc a été donné le 17 septembre à 14 h au niveau de la salle de délibération de la commune. Mais les citoyens insurgés qui ferment le siège municipal actuellement, le permettront-ils ?
Aribi Mokhtar.

Es-Sédikia
Ravalement des façades d’immeubles et éradication des antennes paraboliques
Suite aux instructions du wali, la direction du Logement a lancé, cette semaine, une campagne d’élimination des antennes paraboliques sur les balcons des immeubles au niveau de la cité 420 logements à Es-Sédikia.
La campagne s’inscrit dans le cadre des actions de la wilaya d’Oran, visant à éliminer tout aspect qui déforme le visage de la ville, et conserver le caractère esthétique et les style architectural des bâtiments. L’opération supervisée par les services de la wilaya et la direction du Logement, consiste à enlever les paraboles des façades des bâtisses. Parallèlement à cette action, une opération est entamée pour relier les immeubles concernés par un câble unique qui sera relié à son tour, à une parabole géante qui sera posée sur la terrasse et qui n’altèrera en aucune manière la vue d’ensemble.
Elle remplacera aussi tous les appareils installés anarchiquement sur les fenêtres et les balcons des immeubles.
La cité a aussi bénéficié d’une opération de ravalement des immeubles.
Cette action s’inscrit dans le cadre des opérations d’embellissement de la ville et en application des instructions du wali d’Oran. Cette opération permettra de rendre leur propreté aux immeubles et éviter que chaque locataire fasse peindre son balcon à la couleur de son choix.
L’opération va toucher d’autres sites, en fonction des moyens financiers, a-t-on expliqué.
Des opérations de ravalement d’immeubles ont été aussi lancées par la direction du Logement, depuis 2018, à la faveur desquelles, il est prévu la réhabilitation de pas moins de 433 blocs d’immeubles.
Rappelons aussi qu’en 2016 l’Office de promotion et de gestion Immobilière d’Oran, a informé les habitants des nouvelles cités ayant bénéficié de logements dans le cadre de la résorption de l’habitat précaire (RHP), que l’installation des paraboles sur les façades est interdite. Faute de quoi, l’Office prendra des mesures.
Des endroits ont été réservés pour l’installation des antennes parabolique sur les terrasses. Tout contrevenant risque des poursuites judicaire et l’expulsion. En 2008, le ministère de l’Habitat avait donné instruction d’interdire à tous les nouveaux locataires, l’installation d’assiettes paraboliques sur les façades des immeubles.
Mehdi A

 

tarif