MCO
Le Mouloudia veut faire le plein avant la fin de l’aller
Relégable à la suite de la lourde défaite concédée au stade 20 Août 55, les Rouge et Blanc du Mouloudia ont toujours la possibilité de sauver la face avant la fin de la première moitié du championnat. Les Oranais qui vont livrer deux matches à couperet respectivement face à Magra et Tlemcen, deux équipes considérées comme des adversaires directs pour le maintien en Ligue 1.
Si le Mouloudia arrive à s’imposer demain contre le NC Magra au stade Ahmed Zabana et fera autant samedi prochain contre Tlemcen au stade Akid Lotfi, l’équipe pourrait bien voir le bout du tunnel. Le cas contraire, les Rouge et Blanc risque d’hypothéquer sérieusement leur chance de maintien d’autant plus que le recrutement hivernal est loin d’être acquis compte tenu des dettes cumulées en niveau de la CNRL et qui ne cessent de faire effet boule de neige.
Apparemment, l’avènement de Bouakkaz n’a pas provoqué le changement escompté sur le plan des résultats. Si pour ce qui est du jeu, l’équipe est en train de progresser notamment pour ce qui est de la circulation du ballon mais pour l’efficacité et la solidité défensive, beaucoup de chemin reste à faire. La lourde défaite concédée face au leader du championnat démontre bien que plusieurs lacunes doivent être combler en prévision de cette dernière ligne droite. Même pour ce qui est des choix de joueurs, le coach tunisien persiste encore à donner la chance à certains attaquants qui n’ont rien montré de bon à l’image de Siam et Khettab qui n’arrivent pas à trouver le chemin des filets cette saison.
Le retour de Bouakkaz à la tête de l’encadrement technique de l’équipe est loin de ressembler à la saison 2017 où il s’est retrouvé en train de disputer le titre jusqu’aux dernières journées du championnat terminant ainsi sur une très honorable quatrième position. Bouakkaz déplore (en off) toutefois la qualité de son effectif mais aussi le peu de moyens mis à la disposition de l’équipe et les joueurs. En tous les cas, il table sur les trois prochains matches afin de provoquer le déclic, sinon…
A.B

O. Médéa
La chute vertigineuse...
L’Olympique de Médéa est sans doute en train de vivre sa plus grave crise depuis son retour parmi l’élite. Cette nouvelle défaite le week-end dernier sur son terrain du stade Imam Lyès sur un score lourd de 3 à 0 face à la JS Saoura est venue sonner le tocsin pour le club du Titteri qui avait pourtant débuté le championnat de manière prometteuse sous la houlette de l’entraineur Tunisien Lotfi Sellimi. Les camarades de Sid Ali Lakroum avaient d’ailleurs remporté quatre victoires sur les sept premiers matches et ont même occupé une place sur le podium avant cette chute vertigineuse qu’ils sont en train d’accomplir au grand dam de leurs supporters qui ne comprennent plus rien.
En effet les Olympiens viennent d’essuyer leur septième défaite consécutive signe d’un ressort cassé quelque part au sein de cette machine composée pourtant de joueurs de qualité.
L’explication de cette décadence a été donnée après le match face à la JS Saoura par l’entraineur adjoint Khaled Lemouchia qui remplaçait l’entraineur en chef Lotfi Sellimi qui s’est mystérieusement éclipsé ces derniers jours. Pour le coach adjoint cette situation est due à la déconfiture administrative qui secoue le club depuis quelque temps. Selon lui il y a absence totale des dirigeants qui ont abandonné l’équipe livrée à elle-même. Il a également indiqué que les joueurs ne sont pas payés depuis cinq mois et malgré cela ils continuent à jouer mais visiblement sans grande motivation car ils ne savent plus à quel saint se vouer.
Ce qui explique peut-être l’absence de l’entraineur Sellimi qui a dû en avoir assez de gérer cette situation embrouillée et qui mettait en jeu ses compétences d’entraineur. Dans le même temps l’ex-président de l’Entente de Sétif Hassan Hammar qui est arrivé cette saison à la tête du club se trouve en quelque sorte dans l’impasse avec peu de perspectives pour améliorer la situation financière de l’O. Médéa. Surtout à partir du moment où les investisseurs ne se bousculent pas pour remettre à flots le club et régler le passif des salaires et primes qui commence à s’alourdir au fil des jours. Le club du Titteri se trouve actuellement à la 11ème place du classement mais a seulement deux points de la zone des relégables et avec comme prochains matches un déplacement face à l’US Biskra avant de recevoir l’USM Alger et se déplacer à Chelghoum Laid pour boucler la phase aller.
R.B

 

 
 

tarif